Voilà pourquoi tenir un magasin de sabres japonais n’est pas toujours aussi cool que vous pourriez le penser…

Quand je dis aux gens en quoi consiste mon travail, la plupart d’entre eux pensent que c’est génial… Et en particulier les fans de sabre :)

Mais comme pour toutes les choses dans la vie, rien ne se passe jamais vraiment comme vous l’aviez prévu.

Et puisque je ne pouvais trouver aucune satisfaction dans la simple revente de sabres de grandes marques, et que j’ai toujours aimé « faire les choses à ma façon », travailler directement avec les forges chinoises était la seule option qui me restait. Et même si cette option est la plus facile, elle peut de temps à autre devenir très pénible…

Aujourd’hui, je veux partager avec vous « l’histoire de Konron », pour vous montrer que ce travail n’est pas toujours aussi formidable que vous pourriez le penser.

J’ai commencé mon activité en 2002, et j’ai depuis vécu beaucoup d’histoires et même si celle-ci date de 2009, je m’en souviens encore très bien… Particulièrement parce que j’ai presque fait faillite à cause d’elle…

Voici l’histoire… [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 3.9/5 (8 votes cast)

Comment refaire le tressage du tsuka (poignée) d’un Katana

Il y a peu, j’ai pris le temps de prendre quelques photos détaillées d’un projet de retressage de tsuka. Je pense que les photos et les annotations parlent d’elles-mêmes

Petit avertissement, je n’ai aucune formation en ce qui concerne l’art du tsukamaki, en conséquence un vrai pro voudra probablement me tuer pour ce travail. Je suis juste un gars un peu habile de ses mains, et j’espère que cela pourra vous dépanner un peu si vous souhaitez faire un essai…

Notre victime

Déshabillée. L’âme du tsuka est en bon état, pas de fissures et apparemment de construction robuste…

La qualité de la peau de raie n’est pas si mauvaise, il est juste un peu dommage qu’ils aient placé le joli nod aussi haut sur ​​le tsuka. Vous pouvez voir ici un exemple typique de hishigami «Chinois». De très fins morceaux de papier qui ne feront aucune différence au moment du tressage.

 

Prêt pour recevoir une nouvelle couleur

Terminé ! [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 4.5/5 (24 votes cast)

L’authentique ancien sabre japonais

Les anciens sabres japonais sont classés en fonction de leurs lieux d’origine, ou de leur école de fabrication

L’identification d’un sabre en fonction de son marquage nécessite les connaissances d’un expert ou d’un historien. C’est une classification qui est extrêmement difficile à réaliser, car il y a plus de 200 écoles de forge au Japon. Cependant cinq régions se distinguent : Soshu, Yamato, Bizen, Yamashiro, et Mino.

 

La classification par périodes

Les anciens sabres de collection japonais peuvent également être classés en fonction de la période où ils ont été produits. Les Sabres les plus anciens, tels que ceux trouvés dans des sites funéraires préhistoriques, sont appelés JOKOTO. Ils ne sont toutefois pas inclus dans cette liste, car ils ne sont pas représentatifs du talent artistique japonais dans la fabrication de sabre.

Il est bien sûr extrêmement difficile de trouver des caractéristiques universellement communes aux sabres japonais à travers l’histoire. Nous considérerons donc dans cet [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 5.0/5 (3 votes cast)

Le sabre d’officier japonais de la Deuxième Guerre mondiale

Durant la Seconde Guerre mondiale, les officiers et sous-officiers japonais recevaient un sabre de fabrication industrielle en dotation, les armes étaient portées ou non au combat en fonction de l’affectation de ces cadres.

Shin-gunto : le style classique du sabre d’officier japonais durant la Seconde Guerre mondiale

Le shin-gunto était le style de sabre le plus commun dans l’armée japonaise durant la Deuxième Guerre mondiale. Pendant cette période il existait d’énormes différences de qualité que ce soit pour les lames ou pour leurs montures. La plupart de ces lames ont été forgées à partir de barres d’acier brut, et elles étaient rarement polies.

La majorité des sabres de la Deuxième Guerre mondiale ayant été produit de façon industrielle, leur valeur auprès des collectionneurs est quasiment nulle si ce n’est qu’en tant que relique de guerre.

Cependant, quelques lames produites durant cette période ont été forgées à la main, mais pas de façon traditionnelle, ces types de sabre sont classés dans les catégories suivantes : Showato, Muratato, Mantetsuto, Hantanzo ou Yotetsuto en fonction de la méthode de production. [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 3.8/5 (4 votes cast)

Comment est-ce que l’on fabrique un Katana ?

 

Introduction à la forge d’un Katana

Le Katana est un symbole de perfection, et ce n’est pas pour rien, car forger un Katana n’est pas une chose simple. Le Katana est le fruit de centaines d’années de recherches de développement, et d’innovation dans le domaine de la fabrication artisanale de sabre japonais, cet objet réunit le fruit des efforts de milliers de grands forgerons au travers des âges.

La plus grande force du Katana tient dans sa conception dite stratifiée, et c’est aussi cette stratification, qui fait la différence de qualité entre différents Katanas. [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 4.9/5 (7 votes cast)

Paul Chen Katana : Un Chinois chez les Japonais

Paul Chen est un chinois originaire de Taïwan, sa passion pour les belles lames l’a menée tout naturellement à en fabriquer pour les autres. Paul Chen s’est totalement investi dans son métier au point qu’après avoir étudié les techniques des maîtres Japonais et Chinois, il décide en 1991 de changer de statuts, de simple artisan, il devient fabricant d’épées et s’installe dans la ville de Dalian en Chine.

Le choix de la ville de Dalian n’est pas anodin, on l’appelle « la citée de l’acier » du nord de la Chine. Là, il trouvera de talentueux artisans qu’il formera à devenir de grands fabricants d’épées.

Fort de son expérience, Paul Chen a su combiner les méthodes artisanales, et ancestrales avec les outils, et la métallurgie modernes, et ce fut la naissance d’une légende. [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 4.3/5 (4 votes cast)

Tamahagane, l’acier des anciens forgerons japonais

Aux origines de l’acier, le fer

L’acier est du fer contenant du carbone, ainsi plus l’acier contient de carbone plus il est dur. La plupart des forgerons japonais travaillent avec l’acier traditionnel plus connu sous le nom de Tamahagane. Au Japon il ne reste plus qu’un seul fondeur officiel de Tamahagane.

La fonderie japonaise traditionnelle s’appelle tatara. Le tatara fonctionne sur la propension qu’a le fer à se mélanger avec le carbone qui l’entoure, lorsqu’il est porté à très haute température, produisant ainsi de l’acier, dans le tatara le carbone est fourni par le charbon en combustion. [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 5.0/5 (4 votes cast)

Histoire du sabre Japonais

Origine

Le sabre japonais est étroitement liée aux samouraïs, mais son histoire mérite le détour.

Le sabre japonais tire son origine des épées chinoises dites Jian, mais dénommées Chokuto en japonais. Le Chokuto est une épée droite en acier apparue au cinquième siècle, au sixième siècle la technique du trempage de l’acier est introduite au Japon.

Il faudra cependant attendre l’ère Heian au huitième siècle pour voir apparaître les premières épées courbées caractéristiques de l’image que l’on a de l’épée japonaise, cette courbure serait apparue en raison du changement de style de combat, le développement de la cavalerie engendra la demande d’un nouveau style de lame pour permettre aux cavaliers de porter des attaques destructives sur l’infanterie la lame droite fut donc abandonnée au profit de la lame courbe. [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 4.5/5 (2 votes cast)