Le sabre d’officier japonais de la Deuxième Guerre mondiale

Durant la Seconde Guerre mondiale, les officiers et sous-officiers japonais recevaient un sabre de fabrication industrielle en dotation, les armes étaient portées ou non au combat en fonction de l’affectation de ces cadres.

Shin-gunto : le style classique du sabre d’officier japonais durant la Seconde Guerre mondiale

Le shin-gunto était le style de sabre le plus commun dans l’armée japonaise durant la Deuxième Guerre mondiale. Pendant cette période il existait d’énormes différences de qualité que ce soit pour les lames ou pour leurs montures. La plupart de ces lames ont été forgées à partir de barres d’acier brut, et elles étaient rarement polies.

La majorité des sabres de la Deuxième Guerre mondiale ayant été produit de façon industrielle, leur valeur auprès des collectionneurs est quasiment nulle si ce n’est qu’en tant que relique de guerre.

Cependant, quelques lames produites durant cette période ont été forgées à la main, mais pas de façon traditionnelle, ces types de sabre sont classés dans les catégories suivantes : Showato, Muratato, Mantetsuto, Hantanzo ou Yotetsuto en fonction de la méthode de production.

Les seuls sabres produits durant cette période en utilisant les méthodes traditionnelles sont appelés Gendaito ou Kindaito.

Certaines grandes entreprises produisant des sabres à l’époque ont utilisé des logos spécifiques sur les fourreaux et/ou Koshirae, des sabres qu’ils fabriquaient. Cependant la présence de ces logos ne signifie pas nécessairement que le sabre et été produit par cette entreprise. Car ce logo pouvait tout simplement avoir été apposé par le magasin ayant vendu ces sabres pendant la guerre.

Le fourreau (saya) des sabres shin-gunto  est habituellement en métal peint  de couleur brune, mais il n’est pas rare de  trouver  des sayas de couleur bleu marine ou noir. On trouve parfois des lames anciennes montées dans le style shin-gunto.

Peut-on trouver des sabres d’officiers de la deuxième guerre mondiale de qualité ?

D’une façon générale la plupart des sabres produits de façon industrielle à cette époque, étaient de qualité très moyenne ou mauvaise, cependant certains gradés recevaient des lames de qualité et mieux décorées.

Quelques exceptions :

Certains officiers, les officiers supérieurs, et les généraux, pouvaient recevoir en fonction de leur volonté ou de l’origine de leur famille un sabre ayant été forgé traditionnellement, ce sabre pouvait aussi provenir directement de la famille, mais dans tous les cas le sabre devait être monté de façon réglementaire afin de correspondre aux conditions du corps d’affectation. Il est donc tout à fait possible de retrouver parmi les modèles shin-gunto des sabres de très bonne qualité ne provenant toutefois pas des manufactures militaires.

C’est pour cela qu’il est tout à fait possible, quoique très rare, de trouver des lames de grande qualité dans les sabres produits à cette époque.

Aiguisé ou non aiguisé ?

Il circule une idée qui voudrait que les sabres des officiers japonais n’aient pas été aiguisés, cependant de nombreux événements et faits tendent à relativiser cette assertion, parmi eux je cite le fait que les officiers et sous-officiers, cadres de l’armée de Terre qui ont effectué leur formation dans l’école « Rikugun Toyama Gakko » ont reçu des cours d’escrime durant lesquels ils effectuaient des exercices de coupe avec leurs armes de service.

Le « Toyama ryu » était un cours d’escrime très succinct, qui entrait dans la logique d’un entrainement militaire il était par contre compléter par des entrainements intensifs en Jujitsu et en Kendo.

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 3.8/5 (4 votes cast)
Le sabre d’officier japonais de la Deuxième Guerre mondiale, 3.8 out of 5 based on 4 ratings

  • Sebele

    DOMO ALI GATOR

  • Larfio

    domo ali gator