Ford Hallam, artiste dans l’art du Tosogu et des métaux Japonais

Sous la lune, en dessous des pins

C’est l’endroit idéal pour une petite introduction avant de commencer à lire l’interview. Nous n’aborderons pas toute son histoire, cependant il est certainement utile de mentionner que Ford est actuellement le seul tosogu-shi  à temps plein qui soit traditionnellement formé, et ceci même au Japon.

Au début de l’année,il a été récompensé par un prix en or pour son tsuba dénommé « Sous la lune, en dessous des pins » (photo en haut) lors de la compétition NBSK Shinsaku. Il est le premier étranger à avoir reçu cet honneur.

 

1. Habituellement, j’interroge un peu sur le comment, le pourquoi et le quand, mais puisque vous l’avez déjà expliqué en détail ici dans votre « courte biographie je ne pense pas qu’il soit nécessaire de vous demander de recommencer à raconter la même histoire. Je vais juste vous demander comment vous êtes tombé amoureux des garnitures et des ferrures japonaises. Est-ce juste à cause des techniques et du haut niveau d’artisanat qui doivent êtres utilisés pour produire ces belles pièces d’art, ou est-ce la conception et le montage des garnitures en elles-mêmes,  le sabre japonais dans son ensemble ou toute la culture qu’il y a autour de lui ?

Quand j’ai commencé ma formation d’orfèvre, je l’ai débuté en tant qu’étudiant à l’École d’art des bijoux, et je n’étais pas particulièrement sensible à l’art japonais. Le Cap [Read more...]

VN:F [1.9.11_1134]
Rating: 5.0/5 (4 votes cast)