Eh oui, c'est bien moi ici sur la droite durant notre dernier voyage à la forge en Chine. Donc je suis responsable de la maintenance du site web, du service clientèle, des ventes, de l’administration, du nettoyage des toilettes... ;)


En d'autres termes, un homme à tout faire, et c’est ce qui me permet de mieux vous connaître, en tant que visiteur/client (et vice versa), et donc de m’occuper de vous dans une ambiance plus personnelle et décontractée.


Puisque vous avez cliqué sur le lien « mon histoire », vous cela vous intéresse certainement de savoir comment j’ai fini par ouvrir la boutique, n’est-ce pas ?

Permettez-moi de vous narrer la version ultra courte...


Tout a commencé au début des années '90 's quand j'ai vu Jackie Chan et Bruce Lee apparaître à l'écran, mais comme il n'y avait pas d'écoles de kung-fu aux alentour à ce moment-là, ce n'est qu'en 1995 que j'ai fait mes premiers pas dans le monde des arts martiaux (Chinois).


Quelques années plus tard, j'ai atterri dans la maison de Zhang Lipeng (un ancien moine Shaolin) en tant qu'étudiant privé et ce qui devait prendre 6 mois a finalement pris 3 ans et demi. Comme son père était encore vivant et enseignait encore en Chine, cela fut très facile pour moi d’aller là-bas (après que Zhang Lipeng a quitté l’Europe pour New York) pour sentir le « goût » de l’authenticité.


Ma première visite en 2000 fut un véritable choc culturel et n'a pas duré plus de 3 semaines. Mais très vite « les vibrations des entraînements & la curiosité » sont revenus et en 2001 j'ai décidé d’y retourner et d’y rester pour 6 mois.


C’est devenu une période folle et inoubliable, qui a grandement contribué à « former » mon caractère.

Mais ne me laissez pas partir sur ce sujet ou je finirai par écrire un livre :)


Avec le peu de moyens de communication à ma disposition, des amis ont réussi à me contacter pour me demander si je pouvais leur ramener « quelques » armes en rentrant à la maison. J’ai fait quelques boutiques, et acheté quelques articles pour eux (et quelques extra) et j’ai ramené tout cela à la maison. À ma grande surprise, tous les « extras » ont été vendus en un rien de temps. J’en vins donc à la conclusion qu’essayer de faire expédier quelques pièces ne serait pas une mauvaise idée.


L'idée de revenir à une « vie normale » après toutes ces grandes années, où l’entrainement avait pris une place centrale dans ma vie, n'avait pas l'air très excitante, alors pourquoi ne pas essayer de mettre sur pied une boutique en ligne, à partir de zéro ? Après tout, je m’étais constitué un petit portefeuille de contact avec des fournisseurs en Chine, par le biais desquels je pouvais acheter des articles et les faire expédier ici ...

Warrior Supplies, était né, et je crois que la première boutique online, a été mise en ligne aux environs de 2002.

Il y avait de l'intérêt, et des ventes étaient faites, mais cela a tout de même pris 2 années pour finalement être en mesure de vivre de cette activité à plein temps. Rien d'exceptionnel ou d’outrageant (c’est encore le cas maintenant), mais de quoi survivre, et en plus j'étais mon propre patron.


Outre les armes chinoises, j'ai aussi vendu certains types de supports muraux pour épées « de style japonais ». Vous voyez le genre de stand que vous obtenez en achetant un ensemble complet de 3 épées pour moins de 100 € ...


Un jour, quelqu'un m'a appelé pour me demander si je pouvais faire venir de " vrais sabres japonais "

... Il ne voulait pas dire les authentiques fabriqués au Japon, non, il avait bien quelques milliers d’euros à dépenser, mais plutôt sur du « fabriqué en Chine » qui pourraient être utilisé pour pratiquer du iaido et le Tameshigiri.


À cette époque, il me fallut faire des recherches sur le WWW pour savoir ce que signifiait le mot « Tameshigiri» ;)


À partir de ce jour, un nouveau chapitre s’est ouvert dans ma vie et plus je progressais dans le monde des arts martiaux japonais, en particulier dans le monde du sabre japonais, plus cela me fascinait. C'était devenu une obsession et je voulais absorber le plus d’information possible.


Pendant l'apprentissage de l'histoire, et des aspects techniques, je me suis engagé dans des communications et des discussions à ce sujet (tant sur des forums qu’avec des clients et des visiteurs), et il devint clair que traiter simplement avec certaines des marques principales n'allait pas être satisfaisant.


Et ceci que ce soit d’un point de vue professionnel ou personnel.


J’ai travaillé en tant qu’ouvrier métallurgiste, et cela me plaisait de «créer» des choses. Donc, si je voulais vraiment garder cette chose passionnante, la création de ma propre ligne de sabres était la voie à suivre.


Un genre de…


Je n'étais pas forgeron je n’avais donc pas les compétences nécessaires pour créer « ma propre chose ». Mais j'avais des contacts en Chine qui eux seraient capables de m'aider  :)


J'ai commencé à regarder autour de moi et à donner à différentes forges l'opportunité de me présenter leur travail. Pour faire court : après quelques années d'essais et d’erreurs (et beaucoup d'argent gaspillé), une seule fut assez qualifiée pour pouvoir travailler avec moi. Ouais, et il s’agissait de Zhuifeng si vous voulez tout savoir ...


Maintenant, quelques années plus tard, je suis satisfait du résultat, mais je me rends bien compte que c'est quand même loin, très loin d'un authentique Katana  forgé par un maître forgeron au Japon. Mais au moins, je peux présenter quelque chose d'original, unique (pas des objets produits en masse), et abordable, pour la plupart des gens partageant cette passion.  Et par la même occasion, satisfaire ma «faim» de créer des  choses moi même.


Peut-être un jour, quand j’aurai l’espace et les outils nécessaires, je m’essayerai à vraiment faire mes propres trucs, mais pour l’instant je préfère me concentrer sur la pratique du Tsukamaki, et de quelques exercices de Tsuba.


Eh bien voilà... Il s'agissait de la version courte de l'histoire et il est inutile que je prenne plus de votre temps....


Je pense que maintenant, c'est à votre tour de me dire quelque chose sur vous, contactez-moi donc sur Facebook, Twitter ou Google+, envoyez-moi un e-mail, ou donnez-moi un coup de téléphone... Wouha tellement de façons de se connecter avec les gens de nos jours :)
On se contacte !
Dave


 

 

 

 

 

 

 

dave lorrez

Devant un lion en fonte ...

 

En discussion avec les gens de la forge